skip to Main Content

23/09/2009 – «Un prophète» : une réalité qui colle à la peau.

un-prophete-300Le premier samedi qui a suivi la sortie du film intitulé « un prophète » promu au dernier festival de Cannes (2009), je me suis rendue dans la salle de cinéma des Halles pour enfin le visionner.

Bien assise dans mon fauteuil, j’y suis restée clouée pendant 2 heures 30. Pas une seule fois, je n’ai regardé ma montre alors qu’en temps normal, et Dieu seul le sait, je pratique régulièrement ce mouvement du poignet…

S’agissant de Dieu, je peux vous préciser qu’il est très présent dans « un prophète ». Et de part mes nombreuses visites en prison de mes clients pour leur apporter, outre un soutien actif, une stratégie de défense, je constate que bon nombre de détenus-prévenus ou détenus-condamnés trouvent refuge dans la religion.

Une sorte de bunker qui les protège du mal intérieur.

Et oui, car le mal intérieur est encore plus redoutable que le mal extérieur. La cohabitation entre détenus peut être aussi tranchante qu’une lame.

Et dans le film de Jacques AUDIARD, cette tension permanente qui règne entre détenus est parfaitement retranscrite.

Il faut encore plus se méfier des autres détenus que de ceux qui reflètent l’autorité, la discipline pénitentiaire.

Ah, l’administration pénitentiaire, alias l’AP! quel beau mélange de brebis galeuses et de modèles du port de l’uniforme.

oui, c’est une réalité, certains surveillants de l’AP, issus également des quartiers de cité pour la plupart, aident les détenus à ne pas suivre le chemin de la rédemption.

Et le film l’évoque à juste titre.

« un prophète » est une image, presque une décalcomanie de la vie carcérale et de son milieu.

Même certains directeurs de maison d’arrêt, interrogés après le visonnage du film, ont apprécié cette vison objective de leur lieu d’exercice.

En conclusion, je dirai:

  • un film poignant et je pèse mes mots,
  • une morale à éviter… »on ne devient pas plus voyou à la sortie qu’en y entrant »..

A bon entendeur…

Back To Top